Les armes

En plus des techniques à main nues, l’aïkido comporte l’étude du maniement d’armes en bois : le sabre ou bokken qui s’utilise sans la garde (tsuba), le bâton ou , le couteau ou tantō, et de façon plus anecdotique le juken (baillonette), arme dans laquelle excellait le fondateur et qui lui avait valu d’en être formateur à l’armée.

Le bokken

bokken1
Le Ken est le sabre, l’arme du Samouraï, le reflet de son âme, le garde de son corps. En aucun cas, le Samouraï ne se sépare de son Ken.

Dans la pratique, nous utilisons une arme de bois, le Bokken, qui est l’image du sabre.

La pratique du Ken en kumitachi (« Séquence de combat ») nous apprend énormément, tant sur le placement que sur la position des mains.

Ainsi, de nombreux professeurs utilisent des exercices de Ken pour illustrer des techniques à mains nues.

La pratique en tachi dori nous apprend à gérer une distance plus grande qu’avec un Tanto, une attaque nettement plus dangereuse qui demande une vigilance accrue de la part des deux partenaires.

Le jō

jo1
Tout comme le Bokken et le Tanto, le Jo (bâton) est un outil pédagogique permettant d’appréhender les notions de distance et de placement.

C’est une arme simple, primitive. Sa manipulation est liée à sa structure : un corps cylindrique et deux extrémités. Elle est apparentée à celle du Yari (lance) et du Naginata (fauchard). On trouve donc des mouvements d’estoc (piquer avec la pointe de la lance), de grands mouvements circulaires de taille (couper avec la lame du fauchard), des frappes, des fauchages et des blocages avec la hampe de l’arme.

Une autre particularité du Jo est sa parfaite symétrie. Sa section est circulaire : il n’est donc pas nécessaire de l’orienter pour frapper, contrairement à une coupe avec une lame qui doit avoir un angle d’attaque très précis.

Enfin de cette symétrie émerge le principal intérêt de l’Aïki-jo : le placement des mains qui glissent continuellement sur la longueur du bâton en parfaite opposition et complémentarité pour pousser ou faire tourner l’arme. Cette pratique développe la coordination et le centrage de la gestuelle propre à l’Aïkido, origine d’une véritable efficacité.

Le tantō

tanto
Le Tanto, est une sorte de dague ou de poignard sans garde ne possédant qu’un seul tranchant.

Outre la distance légèrement plus courte par rapport à l’assaillant, il lui est absolument nécessaire de contrôler un tranchant qui est coupant.

De plus, les techniques varient suivant le sens de tenue de l’arme. La terminaison de la technique subit aussi un changement quant à la récupération de l’arme.

En aïkido, le Tanto n’est pratiqué que sous la forme dori (Tanto contre mains nues).


 

ar1

tanto dori

Par la répétition d’exercices (les ’suburis’ qui peuvent-être envisagés comme un ’alphabet’ de mouvements élémentaires), le pratiquant vise à réaliser l’unité du corps avec le ken ou le jo qui doivent ainsi devenir son prolongement. Par extension de ce principe, la sensation doit devenir la même avec un partenaire qui doit être maitrisé de la même façon et suivant les mêmes principes.

La pratique des armes permet aussi, entre autres, d’appréhender différentes distances face à un ou plusieurs adversaires (maai), de travailler une posture correcte (shisei) et de vaincre l’appréhension des armes. L’étude des armes est de plus indispensable à la compréhension d’un grand nombre de techniques à mains nues.

En effet, une grande quantité de mouvements sont dérivés des techniques utilisées par les guerriers armés, ou bien des techniques utilisées pour désarmer l’adversaire. De plus, la visualisation d’un mouvement avec un sabre donne une conception plus claire du mouvement à effectuer à mains nues. Les techniques de sabre ont eu une grande importance dans l’élaboration de l’aïkido par Maître Ueshiba.

ar2

ken tai ken

On peut aussi considérer que, fondamentalement, une technique d’Aïkido ne peut se réaliser efficacement que si « l’entrée », l’instant de mise en relation entre les deux protagonistes au moment de l’attaque est réussie. C’est l’instant « aïki », fraction de seconde où l’harmonie est ou n’est pas, que le génie martial de Moriheï Ueshiba a su percevoir et développer. La pratique des armes permet de se focaliser principalement sur cet instant.

La pratique des armes est très diverse :

-  Jo (bâton) contre jo ;
-  Jo contre mains nues / mains nues contre jo, pratique appelée « jo dori »
(lorsque l’adversaire saisi votre Jo) ou « Jo nagé » (lorsqu’il vous attaque avec un Jo)
-  Bokken (sabre) contre bokken, pratique appelée « ken tai ken » ;
-  Bokken contre mains nues / mains nues contre bokken,
pratique appelée « tachi dori » ;
-  Bokken contre Jo / sabre contre bâton, pratique appelée « ken tai jo » ;
-  Tanto (couteau) contre mains nues, pratique appelée « tanto dori » ;

etc…

ar3

jo dori

 

Agenda

novembre 2017
L Ma Me J V S D
« oct    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930